Le textile, la priorité de la consommation éco-responsable

Les raisons pour changer de mode de consommation du textile

Pourquoi s’intéresser au textile éco-responsable ? C’est cette question, à l’origine de notre collectif sur la-goose.com a généré de nombreux débats. En effet, même si ces causes nous touchent tous de près ou de loin, j’ai constaté que les raisons qui nous animent ne sont pas les mêmes.

On peut facilement faire le parallèle avec le mouvement très militant du véganisme. Les raisons qui poussent certaines personnes à s’intéresser au véganisme peuvent varier, et quand ils essaient de convertir davantage de citoyens à leurs causes; ils ne mobiliseront pas les mêmes arguments dépendamment de leur cible.

Sur le véganisme, on distingue 3 grands axes :

On peut vouloir devenir végan

  • Pour les animaux
  • Pour notre santé
  • Pour la planète

Dans le cas du textile éco-responsable, ce sont les mêmes problématiques qui sont mis à l’épreuve. Est-ce le traitement affreux des animaux lors de la fabrication de certains textiles qui nous poussent à vouloir changer le mode de consommation *petit regard vers Canada Goose* ? Ou est-ce les modes de fabrication d’une industrie ultra-polluante ?

Qu’est ce qui m’a personnellement poussé à changer mon regard sur l’industrie du textile ? L’impact environnemental est pour moi déstabilisant. Presque flippant. Dans une société où tout le monde fait des efforts pour prendre les transports en commun, favoriser les circuits courts, recycler le plus possible. Il m’a semblé que la consommation du textile est le grand absent de ce grand débat environnemental.

Il est important pour moi de rappeler à quel point la fabrication de nos chers Jeans et pulls en laine pousse notre planète vers la catastrophe. Car si ce n’est pas le traitement des animaux qui vous révolte, peut-être ce sera la consommation démesurée des ressources en eau pour la fabrication d’un simple vêtement.

water waste

Reduire son empreinte carbonne passe obligatoirement par le textile

Commençons par quelques chiffres pour établir le terrain :

Le textile : 2ème industrie la plus polluante au monde après le pétrole.

3 à 10% des émissions mondiales de carbone.

7500 litres d’eau pour faire un jean.

Quatre-vingt-treize milliards de mètres cubes d’eau sont employés chaque année.

Certains de ces chiffres peuvent paraître abstrait, prenons donc un exemple concret : le t-shirt. Pietra Rivoli raconte le cycle de vie sinueux d’un t-shirt dans Les aventures d’un tee-shirt dans l’économie globalisée (Fayard, 2017). Dans un premier temps elle retrace l’historique de l’industrie avec les premières création de t-shirt en Grande Bretagne qui jouissait du coton produit aux Etats-Unis dans un contexte d’esclavage qui leur a permit de dominer la production mondiale de coton. Aujourd’hui encore, même les tee-shirts produits en Chine utilise du

coton shirt

coton importé depuis les Etats-Unis. En définitive, le coton va faire des aller retour entre deux zones lointaines du globes entre l’étape d’extraction du coton, puis la fabrication du vêtement dans un pays où la main d’oeuvre est pas chère, puis vendue en magasin dans nos pays occidentaux.

Un tee-shirt en coton acheté en magasin de prêt-à-porter aura (en moyenne) :

  • parcouru près de 40000km
  • 3800 litres d’eau
  • 5kg d’empreinte carbonne

Vive le libéralisme.

Dans ce contexte; difficile même pour les consommateurs avertis, de favoriser les circuits courts si les trois-quart de leur garde robe a fait fois le tour du monde.
Pour mieux comprendre l’impact environnemental de la production du coton, voir http://www.la-goose.com/impact-environnemental-coton/

Les outils pour changer ses habitudes de consommation

De meilleures matières premières : Une des premières pistes pour réduire la consommation en énergie du textile et de remettre en cause les matières premières les plus souvent utilisées : le coton et le pétrole. A l’origine de la majorité de nos jeans et t-shirts, les modes d’extractions sont déplorables. Quelles solutions alternatives ? Je vous invite encore une fois à lire notre article sur les textiles éco-responsables (http://www.la-goose.com/textiles-ecoresponsables/). Il en existe pléthore.

Meilleure utilisation de l’eau. Certains systèmes industriels trouvent des techniques pour réutiliser l’eau des processus de teinture (Reducing the environmental impact of textile industry by reusing residual salts and water: ECUVal system lV.Buscio, V.López-Grimau, M.D.Álvarez, C.Gutiérrez-Bouzán)

En tant que consommateur : s’informer sur les labels. Certains labels garantissent une production plus responsable. Nous avons déjà parler du label OEKO TEX sur La Goose. (http://www.la-goose.com/le-label-oeko-tex-quest-ce-que-cest/).

Il y a énormément d’informations sur les standards du textile sur une base de donnée alimentée par Global Organic textile standards, (GOTS) https://www.global-standard.org/

Dans un contexte d’économie mondialisé, réduire les impacts environnementaux de l’industrie du textile passe par un changement massif des modes de consommation. Si vous êtes déjà un consommateur responsable, votre cercle immédiat de connaissance ne l’est peut-être pas, il est temps d’en parler, de s’informer, et d’utiliser notre meilleur arme : le boycott.

 

Pour aller plus loin :

Décodeur du journal le Monde pour mieux comprendre :

https://www.youtube.com/watch?v=3DdU7c66E9g

Acheter le livre de Pietra Rivoli :

https://livre.fnac.com/a1939755/Pietra-Rivoli-Les-aventures-d-un-tee-shirt-dans-l-economie-globalisee

 

 

About The Author

Répondre